portraits
6

Djamel Errachidi : « ma marque est un moyen d’entraide »

8 juin 2017
5204 Views
0 Commentaires
5 minutes read
Djamel Errachidi : « ma marque est un moyen d’entraide »

Une marque de vêtements au service des autres. Fondateur de Keeping Fight, Djamel Errachidi fait du business au profit de causes humanitaires. Découverte.

Santé, sport, éducation, culture, sécurité… Djamel Errachidi est partout. Jeter un coup d’œil au-dessus de votre épaule, il pourrait y être. Agent de sécurité la nuit, entrepreneur le jour, c’est à se demander si l’homme dort.

« Cela fait 15 ans que je navigue entre l’événementiel et la sécurité. Grâce à mes fonctions, je suis dans les coulisses des shows, je rencontre des célébrités. C’est dans l’échange qu’on devient plus fort ! » explique Djamel, le sourire aux lèvres.

Le sourire ne lâche pas ce père de famille de 44 ans. Son optimisme non plus. En 2013, Djamel lance sa marque de sportwear solidaire Keeping Fight. L’objectif ? Reverser une partie des bénéfices à des causes sociales ou humanitaires.

Son logo : une silhouette de boxeur. « Pour boxe, comme pour tous les sports, on retrouve l’idée qu’il faut garder le combat, continuer à se battre dans la vie pour aller toujours plus loin. »

Ces terrains d’action : « L’éducation, la santé, l’instruction, le handicap, la culture, la musique… Il y a dans toutes ces thématiques des messages, des valeurs à soutenir » explique-t-il.

Start-up familiale et solidaire

La marque reste davantage un moyen d’entraide. « Il faut travailler sur le terrain avec les associations. Parler c’est bien, échanger c’est bien, mais acter les choses c’est mieux. Quelques soient les valeurs, je suis là. Quand il y a un projet qui me parle, je suis là pour soutenir. »

Lui-même a longtemps travaillé comme animateur auprès de jeunes autistes. Aujourd’hui, sa marque est partenaire de plusieurs associations dont Ebola Emergency France, Fibro’Actions, collectif d’associations luttant pour la reconnaissance de la Fibromyalgie en France, Expression de France, etc.

Djamel souhaite étendre son action au niveau national. Son but : « Que les structures associatives puissent bien comprendre le concept. Je pense qu’on peut changer les choses en travaillant main dans la main. On peut contrer les problèmes financiers en s’entraidant. »

Pour la création, il travaille avec sa femme et sa fille graphiste qui conçoit les modèles. La start-up familiale ne reçoit d’ailleurs aucune subvention extérieure et tient à son qualificatif d’ « apolitique ».

« Pour mieux vivre ensemble, il faut travailler le fond en profondeur en diversifiant les publics», souligne Djamel.

Aujourd’hui, il continue à travailler tout en gérant Keeping Fight : « L’idée est de pouvoir un jour vivre de ce concept, ce qui n’est pas encore le cas. »

L’entrepreneur compte sur un réseau d’ambassadeurs. Parmi eux, la triple championne de France élite en patinage artistique et championne de France junior, Maé-Bérénice Meite, le boxeur Nizar Gallas, le chorégraphe David Séjor, le musicien Rachid Casta, le fondateur d’Expression de France Ismaël M’baye, le sportif de streetworkout, Hyden Habassi …

« On a des ambassadeurs qui nous ont rejoint, venus de différents secteurs d’activités. Ils véhiculent la marque au travers des événements et représentent ses valeurs. Ce sont des personnes engagées et ils donnent de la lumière, de la visibilité à notre marque », explique Djamel.

Pour cela, il mise sur la partie événementielle. « Je suis partenaire de plusieurs événements notamment de galas de boxe. Nous allons commencer à organiser nos propres événements Keeping Fight. On travaille sur une communication efficace pour qu’on puisse vivre de la marque et faire vivre les actions des autres en parallèle. »

Alliez gestion d’une marque, emploi, événements, n’est pourtant pas simple. « Cela demande beaucoup de temps et d’énergie », reconnaît Djamel. Lui, qui a été décoré de la médaille du mérite en juillet 2016, ne lâche rien. Et n’oublie pas d’appliquer pour lui-même son slogan : don’t give up the fight.

Sarah Hamdi

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *