Ferhat Cicek, le foot conscient
portraits

Ferhat Cicek, le foot conscient

21 décembre 2017
4608 views
0 Commentaires
12 minutes read

Dans les quartiers, le football est plus qu’un sport. Ferhat Cicek, 38 ans, entrepreneur dans le sport, en sait quelque chose. Chaque semaine, il met son énergie au service du foot mais surtout de centaines de jeunes qu’il suit. Rencontre avec une personnalité qui bouge les lignes. Sur le terrain.

 

La visite de Kilian Mbappé à Bondy, le 6 septembre dernier, il en était. Marquinhos ou Thiago Silva pour le lancement de nouveaux maillots ? Idem.

Coach, ambassadeur, bénévole

Ambassadeur de Nike, Ferhat Cicek sillonne l’Ile-de-France et orchestre des événements pour promouvoir la marque auprès des clubs de football.

Egalement coach du Nike Football France pour toutes les manifestations liées à l’opération Nike Most wanted, l’homme a joint le business à sa passion du ballon rond.

Mais il y a surtout ajouté une dimension humaine. « Il y a une énergie folle au sein des jeunes de quartiers », sourit-il.

Fehrat Cicek jeunes

Pas étonnant de le voir occuper des fonctions bénévoles dans un club amateur. « Je suis directeur sportif du Paris Alesia Football Club (PAF),  dans le 14e arrondissement de Paris ».

Car lui, la pratique du football est intimement liée à la transmission de valeurs auprès des jeunes. « Je fais des événements pour Nike mais à travers ces moments, c’est aussi une façon renvoyer une image positive aux jeunes ».

Pas besoin de débattre des heures pour comprendre. Ferhat Cicek utilise son activité professionnelle autour du foot pour promouvoir une démarche éducative. Tout est lié.

En parallèle de Nike, le directeur du PAFC gère 500 bambins, apprentis footballeurs. Et comme l’homme voit grand, il se donne les moyens de ses ambitions.

Fehrat Cicek 4

Viser haut

« J’ai la volonté de faire un club d’élite ». S’il est passé à côté du label école de football- à 1 point près- sa détermination puise ses racines dans son amour du quartier.

« J’ai grandi dans cet arrondissement et j’ai envie d’en faire un club qui rayonne dans la région ». Viser haut. Sans complexe. Un signe de rupture générationnelle. Il aurait tort de s’en priver. D’autant que comme d’autres « footeux » issus des quartiers, ce sport ultra-populaire occupe une place importante dans sa vie.

Fehrat Cicek Mbappé 2

Ballon sur le bitume, un documentaire sur le foot de rue auquel il a participé, revient justement sur l’attrait des bambins de cités pour ce sport.

Salué par The Guardian, ce documentaire souligne, avec audace, comment l’Ile-de-France est devenu l’un des principaux viviers mondiaux pour les clubs de football.

Mehdi Benatia, Riyad Mahrez ou  Serge Aurier, les réalisateurs sont allés à la rencontre de ces footballeurs, originaires d’une banlieue populaire. Rafraichissant et loin des clichés habituels accolés à ces quartiers populaires mais surtout plein de vie.

Au-delà du football, le documentaire aborde la question du déterminisme social en toile de fond et rappelle le formidable tremplin que le football peut, parfois, être.

« Le foot chez beaucoup, ça a été une façon de prendre en main son destin », ajoute Ferhat Cicek. D’accéder à une forme d’autonomie. D’épaissir son cuir, aussi. Sur ce sujet Ferhat Cicek en connait un rayon.

« J’étais en échec scolaire »

A l’écouter raconter son parcours, on saisit mieux comment l’apprentissage du foot dans la rue a aussi forgé l’individu qu’il est aujourd’hui.

Si tout n’a pas été si facile, aujourd’hui, Fehrat Cicek est un role model qui pourrait prêcher la bonne parole auprès d’une jeunesse populaire plutôt isolée.

Fehrat Cicek saut

 

Né en Turquie, à Kayseri, non loin de la Cappadoce, en 1979, il est encore enfant quand il s’installe en France. Une double culture qui le dote d’une vision enrichie du monde.

Pourtant, très vite les choses se compliquent. Dès la primaires, les premières difficultés émergent. « J’étais en échec scolaire. Je redouble le CE2. Je ne comprenais rien à l’école ».

Au collège, Fehrat Cicek ne fait guère mieux. Il essuie un second redoublement, la classe de sixième.

Quand l’école devient un problème, certains parviennent à trouver le bon échappatoire. « Face à cet échec, j’ai commencé à passer 300% de mon temps au foot », se souvient-il.

Avec Kilian Mbappé à Bondy, le 6 septembre 2017

Avec Kilian Mbappé à Bondy, le 6 septembre 2017

Il ne baisse pas les bras. D’autant que le jeune homme se sent fait pour la vente. Mais la conseillère d’orientation (ou de désorentientation) ne veut rien entendre.

« L’Education nationale voulait me caser »

« Le seul truc que l’on me propose, c’est le bâtiment ». Quand l’Education nationale veille à poursuivre la tradition familiale… Le père de Ferhat, travailleur turc, a justement passé sa carrière dans le secteur.

« Finalement, l’Education nationale voulait me caser », au mépris de ses ambitions et de ses rêves, faut-il comprendre.

S’il nourrit beaucoup de respect pour les ouvriers du bâtiment, Ferhat remarque la situation bancale dans laquelle on tente de l’enfermer.

Avec Alexandre Lacazette, joueur français à Arsenal (UK)

Avec Alexandre Lacazette, joueur français à Arsenal (UK)

« Je lis, j’écris…pourquoi ne pourrais-je pas prétendre à autre chose », réfléchit-il. Avec un père déjà dans le bâtiment, le jeune veut voguer vers d’autres horizons.

Contre mauvaise fortune, bon cœur, Ferhat Cicek obtient son BEP en bâtiment sans lâcher son objectif de faire de la vente. « Je voulais passer un bac professionnel dans cette filière ».

« Je voulais étudier »

Mais dans l’Education nationale, les barrières sont parfois tenaces. Invisibles, aussi. « Je voulais absolument faire un bac pro en vente », se souvient-il. Mais l’institution est hermétique à ses attentes.

Déterminé, Ferhat Cicek n’en démord pas. « Je voulais étudier ! ». Le jeune homme ne compte pas transiger avec ses ambitions.

« On m’a dit non ! Je n’ai rien lâché ! » Pendant un mois, Ferhat Cicek fait le pied de grue devant le  rectorat de Paris pour obtenir un lycée. Face aux portes désespérément fermées, le jeune adulte s’accroche. Et passe par la fenêtre comme l’on dit.

Sa persévérance trouve grâce aux yeux d’une personne qui s’avèrera déterminante dans son parcours. Le destin n’a pas dit son dernier mot.

« Le principal d’un lycée à Châtelet, dans le centre de Paris m’a aidé ». L’homme, à l’écoute du jeune homme, lui fait passer des tests pendant une semaine.

Des tests qu’il réussit. Le train est lancé. Plus rien ne l’arrêtera.

Un père de famille

Bac professionnel en poche, Ferhat décroche une licence vente par la suite, enchaîne avec une maîtrise merchandising. Un élan que sa nouvelle paternité stoppe quelque temps. Devenu père, il apprend à composer avec ce nouveau statut. L’argent doit rentrer.

« Je trouve un job comme chef de projet dans l’événementiel high tech », relate-t-il. Un tournant pour lui.

Un jour au grès d’un contrat, il travaille pour un nouveau client. Pas n’importe lequel. L’équipementier Nike. Un pied dans la cour des grands.

Sa mission ? « Faire tester des nouveaux modèles de crampons dans des clubs de foot ».

A la fin de la mission, l’heure du reporting le laisse perplexe. « J’ai été franc auprès du responsable de Nike », n’hésitant pas à proposer des pistes d’amélioration stratégiques.

Ferhat Cicek et sa collection de crampons Nike présentés dans les clubs de football

Ferhat Cicek et sa collection de crampons Nike présentés dans les clubs de football

 

Surtout, il lui propose de mettre en place de nouveaux concepts. « Il m’a fait confiance, m’a embauché en intérim ».

Virtuose commercial et relationnel, Ferhat fait très vite des étincelles. « J’ai loué un camion pour toucher plus de clubs. J’ai retravaillé le concept et la cible aussi ».

Fin stratège

Sa stratégie fait mouche. Et puis, Nike constate qu’il a un réseau tentaculaire dans le monde du football. « C’était facile pour moi de faire entrer la marque dans un nouveau club ».

L’histoire est lancée. « J’ai créé ma boite à 28 ans ». Dans sa tête, Ferhat passe en mode entrepreneur. Et il fait bien. Très vite le jeune homme prend du galon grâce à ses compétences. « On m’a confié de plus en plus de prestations, des gros événements à organiser, pilotés avec les équipes marketing de Nike ».

Ferhat Cicek Enfant

Aujourd’hui, l’entrepreneur tourne à plein régime avec au moins quatre événements de taille par an et des tournées hebdomadaires dans 60 clubs en Ile-de-France.

Mais, au-delà du business, c’est surtout le rapport aux jeunes qui reste au centre de ses préoccupations.

« Je gère 500 gamins par mois », alors à force les liens se consolident. Même s’il sait garder la bonne distance, Ferhat Cicek  veille à transmettre des valeurs de fond.

Le football est aussi un monde de spectacle. « On rééquilibre avec le côté street », conclue-t-il. Une balle bien faite pour une tête qui l’est tout autant.

Nadia Henni-Moulaï

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.