portraits
3

Jehane Bensedira, haut fonctionnaire par vocation

23 mars 2017
880 Views
0 Commentaires
6 minutes read
Jehane Bensedira, haut fonctionnaire par vocation

Originaire de Lyon, cette jeune femme de 29 ans est haut fonctionnaire. Passionnée par les enjeux publics, auxquels elle a voué sa carrière, Jehane Bensedira a fait ses premières armes dans le monde associatif.  

Sans négliger, pour autant, son parcours scolaire. Diplômée de Sciences Po et de l’INET, l’ENA version fonction publique territoriale, elle participe, aujourd’hui à la campagne de Benoît Hamon. Portrait.

« Dans la vie je suis une personne curieuse, une très grande lectrice », Jehane Bensedira se décrit ainsi, une phrase qui en dit long sur son parcours. La jeune femme n’a pas encore 30 ans et déjà une expérience professionnelle à couper le souffle.

Conseillère technique auprès d’Annick Girardin, ministre de la Fonction publique, elle comprend très jeune qu’elle était faite pour travailler dans le secteur public.

Cette passion, elle l’a nourri pendant ses études de droit à l’université Lyon 2. Déterminée, elles est convaincue de pouvoir atteindre ses objectifs.

Elle fonce après sa licence de droit passer les concours pour intégrer Sciences Po. Elle a raison. Elle obtient le sésame pour cette voie d’excellence, comme on dit en France…

Après un master « Affaires Publiques, Filière Collectivités » à Sciences Po, elle intègre pendant deux ans une classe préparatoire pour préparer le concours de l’ENA « pendant ces deux années j’ai été très investie et impliquée » explique-t-elle.

Jehane échoue au concours mais intègre l’Institut national des études territoriales (INET). Peu de déception, la jeune étudiante a trouvé sa voie et apprécie davantage son cursus à l’INET.

Parallèlement à ses études, la jeune étudiante cumule des petits boulots d’abord en fille au pair et en soutien scolaire.

Elle côtoie le monde professionnelle très tôt et s’inspire de ces expériences pour réussir dans la vie.

Dynamique et sociable, elle a trouvé sa voie grâce à ses études de droit sans lesquelles elle n’aurait « jamais réussi [ses] concours ».

Déterminante, également, une lecture qui la marque à 18 ans. Mémoires d’une jeune fille rangée de Simone de Beauvoir, lui donne confiance et l’inspire définitivement.

Depuis, elle est admirative de son auteure, une femme qui montre qu’on peut « être maîtresse de son propre destin ».

Du travail…et des rencontres

C’est le genre de rencontre qu’on n’oublie pas, celle qui fait changer une vie. En 2006, Jehane doit effectuer un stage auprès d’un politique dans le cadre de ses études.

Ça tombe bien, elle vit à Lyon et Najat Vallaud-Belkacem, (aujourd’hui ministre de l’Éducation nationale) est candidate aux élections législatives dans la quatrième circonscription du Rhône.

« Je vais à son local de campagne, je ne connaissais personne et je me suis présentée », l’actuelle ministre de l’Éducation nationale la rencontre et accepte sa demande de stage. Parfois, les portes s’ouvrent juste en les poussant.

Quelques années plus tard, en stage elle est chargée de mission auprès du directeur général des services du conseil général de Saône-et-Loire qui n’est autre que Boris Vallaud (conjoint de Najat Vallaud-Belkacem). « Ça a été mon mentor, il m’a vraiment poussé ».

Boris Vallaud lui conseille, alors, de passer le concours d’administrateur territorial. « Le couple Vallaud-Belkacem m’a accompagné et ouvert des perspectives auxquelles je ne pouvais même pas aspirer », affirme t-elle.

Le monde associatif sur le bout des doigts

Avec une vie bien chargée, elle trouve du temps à consacrer à son engagement associatif. Des associations elle en a connu et même dirigé.

Vice-présidente d’Amnesty International à Toulouse en 2012 (elle supervise l’organisation du « printemps des droits humains »), vice-présidente de l’association La cordée, elle s’engage, aussi, auprès de l’AFEV Toulouse (soutien scolaire) et l’association Coup de soleil midi Pyrénées.

Des implications qui lui tiennent à cœur. Pour elle c’est « rendre à la société ce qu’elle a pu [lui] donner ».

Depuis février 2017, elle fait partie de l’association Fonction publique 21e siècle (FP21), à l’initiative de son ministère.

Un engagement associatif qui se rapproche plus de son domaine d’activité où elle exerce un rôle de transmission auprès des jeunes pour leur promouvoir la fonction publique.

Toujours aussi active, Jehane Bensedira participe à la campagne présidentielle de Benoît Hamon.

Elle met à profit du candidat ses compétences dans le domaine public en contribuant à la rédaction du programme au « pôle fonction publique ».

Peu importe le destin de son candidat, Jehane Bensedira est et restera dans la fonction publique, c’est sa destinée. La gestion de la cité, sous toutes ses formes.

Imane Youssfi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *