société
Like

Lamine Talakela raconte son Mobile World Congress de Barcelone.

17 mars 2017
2294 Views
0 Commentaires
6 minutes read
Lamine Talakela raconte son Mobile World Congress de Barcelone.

#EntrepreneurMadeInFrance

Lamine Talakela, fondateur de Consulting Time, était au Mobile World Congress à Barcelone, fin février. Mais au fait de quoi il s’agit ? Avec le CES de Las Vegas ou le CEBIT à Hanovre (et bientôt le Viva Technology à Paris), c’est le salon majeur des nouvelles technologies et du numérique. Lamine Talakela nous raconte son expérience.

En tant qu’expert dans les télécoms et les TIC,  le numérique plus globalement, nous suivons chaque année cette grande messe du mobile et de l’industrie des télécommunications.

Chaque salon a ses spécificités.  Le Mobile World Congress met l’accent sur la connectivité et tout ce qui s’y rapporte : le terminal mobile, le canal de communication, les normes, les usages, les professionnels… C’est le GSMA qui organise chaque année ce salon à Barcelone, capitale officielle du mobile.

Cette association rassemble la plupart des opérateurs télécoms du monde entier, des constructeurs, des éditeurs de solutions, de médias toutes les entreprises liées de près ou de loin aux télécommunications. C’est la deuxième fois que je m’y rends pour mes activités.

Le Nokia 3310 était la star de ce salon 2017. Téléphone 2G, sans mail, il semble que c'était mieux avant...

Le Nokia 3310 était la star de ce salon 2017. Téléphone 2G, sans mail, il semble que c’était mieux avant…

Et cette participation est précieuse. L’intérêt est d’y rencontrer toute la planète du mobile et des télécoms, de rencontrer ses clients, ses prospects, de faire de la veille sur les nouveautés et comprendre le marché et les tendances qui influencent et influenceront dans les années à venir. C’est le lieu le plus approprié pour cela dans ce domaine à plusieurs titres :

– il y a une interconnexion forte entre les différents acteurs (constructeurs, opérateurs, éditeurs de solutions et d’applications, marques, distributeurs, …),

– c’est un lieu d’influence et de lobbying, auprès des instances, autorités régulatrices des télécoms et du mobile, utiles aux acteurs soucieux de discuter, d’échanger leurs visions, leurs avancées,

– la manière d’aborder les tendances, les marchés, les solutions, les utilisateurs est réellement intéressante à voir car tous les acteurs ne l’aborde pas de la même manière, d’un point de vue marketing c’est très intéressant et du coup une source d’inspiration. En tant que professionnel du milieu, le Mobile World Congress  est une opportunité pour mieux le comprendre, mieux se positionner, anticiper, identifier les manques et les besoins pour s’améliorer et évoluer en permanence.

Pour ce qui est de Consulting Time, ce salon c’est aussi l’occasion pour mon entreprise de produire des publications pour notre inbound marketing. Mais aussi de partager un peu de notre quotidien, partager notre vision des choses et du secteur. Depuis un an, nous avons développé la partie média de Consulting Time.

Le but étant d’être acteur du secteur et renforcer la crédibilité que nous souhaitons porter au travers de mes activités. Ainsi, je suis contributeur-rédacteur de plusieurs médias (24h00.info et Startup.live) et créateur d’un autre (MotDiese), tout cela en mode totalement « pure player ».  C’est à dire 100% sur des pages réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Linkedin, Instagram et web). Il s’agit de partager la vision d’expert que je défends et que je côtoie au quotidien à travers mes projets clients et mes rencontres. Il me semble important de l’expliquer et de la démocratiser pour le grand public ou pour certaines cibles (experts, entrepreneurs, dirigeants, managers, étudiants, startupers, …).

Très actif sur les réseaux sociaux, notre équipe et moi avons mis en place un processus de travail efficace. Nous parvenons à donner une portée importante à nos contenus. Le cumul de nos pages représente une communautés de 130 000 followers et un potentiel de portée d’un million de vues. En décembre dernier, l’ensemble de nos vues a, d’ailleurs,  dépassé le million.

Je trouve particulièrement enthousiasmant qu’une « petite entreprise » et « petit individu » puissent partager, parler, retransmettre un savoir, une actualité avec peu de moyens à un grand nombre de personnes. On touche là bien à la puissance du numérique aujourd’hui. Et il me semble que la révolution en est, seulement,  à ses débuts. Lamine Talakela – Consulting TIME / MotDiese / 24h00.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *