portraits
2

Safia Zennou quand la médecine mise sur la résilience

2 décembre 2016
513 Views
5 Commentaires
9 minutes read
Safia Zennou quand la médecine mise sur la résilience

Du haut de ses 25 ans, Safia Zennou a fait vibrer le public de Muslim Think Tanks. Etudiante en cinquième année de médecine, elle a choisi la psychiatrie comme spécialité dans un an et demi. Si ce domaine ne fait pas rêver les apprentis médecins, pour Safia Zennou, c’est sa voix royale.

Fascinée par la résilience, l’aptitude des personnes à dépasser les traumatismes, elle compte explorer la part la plus sombre de ses futurs patients. Car, elle le clame, « intellectualiser son émotion est fondamentale ».

Sa voix est douce. Ses mots pleins de force. A 25 ans, Safia Zennou sait exactement où elle va. Découverte au Muslim Think Tanks, cette étudiante en cinquième année de médecine a, déjà, choisi sa spécialité.

« J’ai suivi un certificat optionnel en psychologie et neurologie. J’ai fait un mémoire sur la résilience, cette capacité des personnes à se reconstruire après un traumatisme », explique t-elle. La première partie revient sur les avancées neurologiques, la seconde plus spirituelle analyse les ressorts de cette résilience.

« Ce phénomène est très récent et la passionne, visiblement. Lors de sa superbe intervention au MTT, elle ponctue son message de références littéraires, scientifiques et coraniques. Surtout, son talent consiste à mettre l’ensemble de ses sources en perspective, amenant ainsi une expertise innovante, constructive et chargée d’émotion.

La résilience, entre sciences et religion

A propos de la résilience, elle revient, par exemple, sur les chiffres avancés par Boris Cyrulnik, neuropsychiatre. Selon lui, les enfants confrontés à des traumatismes, et qui grandissent dans un entourage sans trouver une source d’inspiration, dans 80% des cas, ils ont leur destin brisé.

Mais ce spécialiste de la résilience, comme Safia le rappelle, dans ses statistiques montre que « l’on inverse la tendance si ces enfants sont capables de trouver des personnes qui les inspirent, des tuteurs de résilience ».

Un espoir que Safia égrène tout du long de son speech au MTT. Car pour elle, l’un des ressorts de la résilience, au delà de la dimension scientifique, c’est de marteler un message : « tant qu’il y a de la vie il y a de l’espoir ».

Citant le célèbre Stephen William Hawking, physicien atteint d’une sclérose latérale amyotrophique, elle reprend le conseil du scientifique : « aussi terrible que soit la vie, si il y a de la vie, il y a de l’espoir. Rien ne devrait limiter ton activité humaine » avant d’ajouter de ses mots à elle, « ce n’est jamais dans la passivité que tu peux te relever ».

Réhumaniser » la médecine

Si Safia Zennou porte ses phrases avec brio, c’est parce tout cela résonne en elle. Il faut bien le dire, la jeune étudiante se sent « différente des étudiants en médecine ». Point de prétention dans sa bouche, juste un constat. « Je ne suis pas dans le modèle. Je fais pleins de trucs en même temps ». Comprenez, elle n’est pas un rat de bibliothèque. « Les études de médecine ne m’empêcheront pas de m’engager en parallèle », soutient-elle.

Si elle reconnaît avoir fait un sacrifice pour le concours de la première année, elle vit sa scolarité avec recul et maturité. « C’est vrai que la P1, c’était très difficile mais beau en même temps. Tu utilises toute ton énergie pour un truc précis ». Depuis, la pression est retombée pour elle. D’autant, elle ne veut pas rentrer dans la course au classement. Et opter pour la psychiatrie n’est pas un souci. Au contraire, cette voie, qui n’est pas royale, elle veut s’y destiner par choix personnel.

« Personne ne s’y intéresse…c’est pour ça que j’y vais » avant de livrer un discours acide sur la médecine. « Les étudiants, aujourd’hui, apprennent des grilles par cœur. On te donne des échelles pour y arriver…finalement l’intérêt est de voir comment tu vas utiliser cette échelle.

En médecine classique, il n’y a plus de raisonnement, elle est très touchée par le conformisme comme l’expliquait Albert Jacquard. Les internes c’est un peu l’usine où la rivalité entre étudiants déshumanise la profession. A l’origine, nous sommes là pour être dans l’humain… », constate t-elle. Vu sous cet angle, on comprend mieux le choix, pas très conventionnel de la psychiatrie.

Expérimenter la résilience

Une analyse teintée d’une maturité qui interpelle. Il faut dire qu’avant la médecine, Safia Zennou a vécu une expérience décisive, de celle qui impulse des choix de vie. « Je m’étais inscrite en école d’architecture ». Mais très vite, la désillusion pointe le bout de son nez. « C’était très dur et trop artistique ».

Si la réorientation en médecine intervient au bout d’un an, elle encaisse cette année avec patience. « Les profs étaient vraiment dans l’humiliation, ils n’hésitaient pas à déchirer vos travaux si cela n’allait pas. C’était très traumatisant ». Avec ses camarades, elle développe une véritable détestation de ses profs.

Dans le cas de Safia, la résilience commence à résonner en elle. Pas chez l’une de ses amies de promo. « Elle s’est suicidée. On ne sait pas pourquoi…peut être que l’école d’architecture lui mettait trop de pression. Elle était en troisième année et elle avait pris un congé. Elle s’est pendue entre deux voyages », la voix encore teintée d’émotion. « Elle semblait si équilibrée… »

Une tragédie qui déclenche chez Safia l’envie de comprendre les méandres de l’esprit humain. La psychiatrie s’impose à elle naturellement. Enfin presque… « En islam, deux spécialités sont recommandées : la gynécologie ou la psychiatrie », s’amuse t-elle. L’envie de comprendre comment l’être humain résout et dépasse les traumatismes l’emporte.

Et quand on lui demande si elle ne craint pas de se confronter à la part la plus sombre de l’humanité, elle répond, sage : « en fait, on la voit tous les jours. Nous avons tous des personnes en dépression ou malades autour de nous.

Il y a, je pense, une volonté de réparer quelque chose que je n’ai pu faire avant et puis le versant spirituel m’aide dans cette tâche. Je n’ai pas peur ». Côté concret, Safia Zennou a déjà prévu d’évoluer à l’hôpital. « On est dans une équipe, on est entouré, on n’est pas seule… ». Comme le dit l’adage, « seule on va plus vite. Ensemble, on va plus loin ».

Nadia Henni-Moulaï

5 Comments

  1. Maya, I love Ronn1&#82a7;s song and know how much this must mean to you. Nothing can ever take away our heart’s ache. I’m buying this song NOW. My niece Jilly was only in our lives for two short years, after being taken by Cancer. Our angels forever. Thanks for sharing. Kim

  2. Doin might enough to improve your pulse a little.

    You has decided to become frustrated should you begin a
    new diet, jin a gym, statt a Sunday hike and commit to your new
    weight-loss wardrobe all at once. Exercise is an additional important aspect how eve youu don’t need to tto slave about the treadmill ffor many hours at a tie for weight-loss. http://adanerxx841blog.canariblogs.com/best-weight-loss-pills-that-work-for-weight-control-404004

  3. Succeeding within a bodyweight burning Program not merely willl lead you to appear better, but
    it really’ll also increase yokur health, and
    improve your self-confidence inside the procedure.
    o Moost people are overweight as a result of processed
    food consumption. Exercise can be another essential aspect how
    ever youu don’t need tto slave around tthe treadmill for many hours
    at a time for weight reduction. http://consolemateblog.amoblog.com/does-detoxing-the-body-really-help-2057093

  4. I have been exploring for a little for any high-quality articles or blog posts on this kind of area . Exploring in Yahoo I at last stumbled upon this site. Reading this information So i’m happy to convey that I have a very good uncanny feeling I discovered exactly what I needed. I most certainly will make certain to do not forget this site and give it a look on a constant basis.

  5. When youu approach the money that you will be spending with
    this process, pursuit aare not in vain. In the conclusion she’ll
    hold the perfect ring for my child taste and you’ll bbe the hero in the show.
    It ‘s better to select which cut you wish previously itself. http://cashlzmz257site.hazblog.com/Primer-blog-b1/Looking-After-Your-Diamond-Engagement-Ring-b1-p18.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *