TOP

Kamel Djellal: « Certains tapent férocement sur la droite et deviennent silencieux face à la gauche »

Kamel Djellal est fondateur du Collectif Citoyens. Militant de terrain depuis de nombreuses années, il a vu l’évolution des quartiers populaires. Convaincu de l’intérêt de l’action politique, il déplore l’absence de mobilisation face aux primaires de la gauche. C’est une forme d’impunité du PS qui le fait réagir.

Kamel Djellal

Kamel Djellal

Comme il est regrettable de voir une majorité de nos concitoyens issus des quartiers populaires s’offusquer du discours de nos politiques uniquement quand il vient de droite.

Le silence assourdissant face aux primaires citoyennes de la gauche ne suscite pas le même type de bataille, comme ce fut le car contre Sarkozy. Campagne mise en place, d’ailleurs pour lui faire barrage et qui était plus que discutable.

Nous avons l’impression d’une remarquable complaisance dès lors qu’il s’agit de politiques de gauche et notamment Manuel Valls. Nous sommes des témoins silencieux et inertes face à « un deux poids deux mesures ».

« Tu me mets quelqyues white, quelques blancos ». Manuel Valls alors maire d’ Evry, 7 juin 2009

Nos critiques, nos échanges parfois enflammés et non audibles face à cette primaire en sont un exemple.

Nicolas Sarkozy, à droite, ou Manuel Valls, à gauche convergent sur un certain point en termes de convictions politiques. Surtout quand il s’agit de stigmatiser à l’encontre de certaines minorités de notre pays.

Je m’interroge sur le curseur idéologique de certains qui tapent férocement sur la droite et deviennent silencieux face à la gauche.

Sommes-nous tous à ce point anesthésié face à la critique de la gauche ? Sommes-nous anesthésiés par la gauche au point d’oublier les discours islamophobes ? Sommes-nous tous hypocrites au point d’oublier la déchéance de la nationalité ?

Sommes-nous tous en paix au point d’oublier les assignations à résidence ? Sommes-nous tous libres au point d’oublier les contrôles au faciès ? Sommes-nous tous français au point d’oublier l’engagement du droit de vote des étrangers ?  Sommes-nous tous si peu cohérents au point d’oublier les promesses non tenues de la gauche depuis plus de 40 ans.

En revanche, et contrairement à la primaire de la droite, les Primaires Citoyennes de la gauche ne crispent pas les Français. Et malheureusement… suscitent que très peu d’engouement et d’intérêt.

Sur les réseaux sociaux, les militants issus de nos quartiers populaires, le sujet des primaires est quasi-inexistant. Face à un tel silence, il est légitime de se poser des questions. D’autant que le mandat de François Hollande mais aussi de Manuel Valls ont été catastrophiques. Les Primaires citoyennes de la Gauche sont un non-événement. Comment ne pas inciter, alors, à une réelle prise de conscience politique dans nos quartiers populaires ?

Kamel Djellal Président Fondateur du Collectif Citoyens

Raconter, analyser, avancer.

Comments (53)

Post a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.