Perspectives
2

Parler d’origine au sein des armées françaises n’est pas quelque chose de « naturel »

10 octobre 2017
1039 Views
0 Commentaires
17 minutes read
Parler d’origine au sein des armées françaises n’est pas quelque chose de « naturel »
La France plurielle au sein des institutions sécuritaires. Aux côtés d’un collectif de chercheur.e.s, El Yamine Settoul, publie « Les descendants de l’immigration dans l’armée et la police », dans la revue Migrations et société. Une approche transversale de sujets souvent mis en opposition. Spécialiste de l’armée, il apporte un éclairage sur les défis qui attendent ces institutions, laboratoire de la société française.

Nadia Henni-Moulaï : Un mot d’actualité avant tout. « Si vous n’êtes pas capables de traiter quelqu’un d’une autre race ou d’une autre couleur avec respect et dignité, alors foutez le camp ! » Il y a quelques jours, le général américain Jay Silveria, directeur de l’académie militaire de Colorado Springs, dénonçait, sans ambage, les insultes racistes à l’encontre d’élèves afro-américains. Que vous inspire ce discours ?

El Yamine Settoul, chercheur

El Yamine Settoul, chercheur.

El Yamine Settoul : C’est un discours qui a le mérite de la clarté. Je pense que l’on peut lire cette déclaration à deux niveaux.

L’armée américaine a été un lieu de promotion sociale particulièrement important pour les minorités ethniques des Etats-Unis.

Pour certains sociologues, c’est même le premier espace socioprofessionnel ou l’on a pu voir des Afro-Américains commander des blancs.

Aujourd’hui, les minorités sont encore surreprésentées au sein de l’institution militaire et cet officier réaffirme à sa manière cette tradition de melting pot.

A un second niveau, on peut également y voir un message subliminal à destination des suprémacistes et des partisans d’une lecture ethnicisante de l’identité américaine.

Ces derniers ont été confortés par les attitudes ambigues de Donald Trump à l’égard des tensions raciales qui ont secoué son pays durant ces dernières semaines.

En soulignant très clairement que l’institution militaire ne tolérerait aucune forme de racisme, cet officier s’inscrit aux antipodes des déclarations de son Président.

C’est une forme de résistance qui prolonge ce que l’on observe dans de multiples sphères de la société américaine, les milieux sportifs, artistiques...

N.H-M: Dans la Grande Muette, l’armée française, a-t-on déjà eu ce genre de prise de position?

EY.S:En France, à ma connaissance il n’y a pas eu de déclarations aussi radicales.

N.H-M: Pourtant, comme dans toutes les strates de pouvoir, l’armée n’est pas épargnée par le racisme…

EY.S: Notre société est aussi très différente. La culture républicaine historique dans laquelle baigne l’institution rend ce type de déclarations moins spontanées.

"Les descendants de l'immigration dans l'armée et la police", sous la direction d'El Yamine Settoul, Migrations et société, n°169

« Les descendants de l’immigration dans l’armée et la police », sous la direction d’El Yamine Settoul, Migrations et société, n°169

Parler d’origine au sein des armées françaises n’est pas quelque chose de « naturel ». Néanmoins, les problématiques de racisme existent également ici.

Les logiques de repli identitaire qui affectent la société touchent de la même manière le monde des armées et les études de sociologie électorale tendent à montrer que le Front national fait des scores importants dans les institutions sécuritaires.

« Plus de 50% des policiers et militaires ont voté pour le Front national en 2015 », étude La dynamique du Front national, Cevipof, décembre 2015

Cela peut avoir des conséquences dans les relations intraprofessionnelles et cristalliser des tensions.

Cela peut, aussi, prendre la forme d’une stigmatisation, de harcèlement ou bien d’insultes.

L’institution militaire, que je connais mieux, demeure sensible à cette question autant pour des raisons d’image que de cohésion et de recrutement.

Il ne faut pas oublier que les armées sont contraintes d’attirer chaque année plus de 10 000 nouveaux soldats.
Une image négative impacterait directement sur ses capacités de recrutement car elle diminuerait mécaniquement le vivier de candidats, entrainant une altération de la valeur des recrues.

Pour le dire simplement, plus vous avez de candidats plus vous avez de chance d’augmenter le niveau et de sélectionner de meilleurs éléments.

N.H-M: Est-ce que cela explique cette prédisposition d’intégration de l’armée française, là où d’autres corporations échouent ?

EY.S: L’armée à des capacités « intégratives » importantes. D’une part, car elle offre des débouchés à des jeunes quel que soient leurs profils sociaux.

Les tests physiques et psychotechniques garantissent une forme de méritocratie.

Les effets de reseaux, de capital social et de « piston » y sont moins conséquents que dans le marché professionnel civil.

On peut venir d’une commune rurale ou d’une banlieue très défavorisée et intégrer les corps les plus prestigieux de l’armée. Il y a peu de sphères professionnelles qui permettent ces opportunités.

La gestion de l’islam militaire est également un succès.

La France a créé une aumônerie militaire du culte musulman en 2005.

Il y a aujourd’hui une aumônerie dotée de 38 militaires en charge de gérer les besoins religieux des soldats que ce soit la fourniture de repas halal, l’organisation du ramadan et même du pèlerinage à la Mecque.

Cette reconnaissance religieuse participe d’une image positive qui nous est enviée dans la plupart des armées européennes.

Parmi les points positifs, précisons enfin que le passage par l’institution militaire rejaillit positivement sur les trajectoires post-militaires.

Inscrire la mention « ministère de la Défense » sur son cv est un plus indiscutable qui tend à rassurer les employeurs potentiels.

N.H-M: Tout n’est pas réglé pour autant…

EY.S: Il reste néanmoins des défis. A l’instar de la plupart des grandes écoles françaises, les grandes écoles militaires demeurent faiblement diversifiées d’un point de vue sociologique. Un plan a été lancé en 2008 pour attirer des élèves issus de milieux modestes. Il commence à porter ses fruits mais cela prend du temps.

N.H-M: Justement, vous publiez avec un collectif de sociologues « Les descendants de l’immigration dans l’armée et la police ». Quelle est l’ambition de cette production ?

EY.S: Ce projet est parti d’un constat assez basique. Beaucoup d’analyses concernant l’immigration ou les institutions sécuritaires (police/ armées) sont régulièrement publiées.
Mais lorsque vous croisez ces deux champs d’étude, la littérature devient quasi-insignifiante et vous vous retrouvez sur un terrain de recherche en friche.

La différence est frappante avec les pays anglo-saxons.

N.H-M: Est-ce que cela relève d’une forme de tabou ?

EY.S: En France, les institutions sécuritaires intéressent peu les spécialistes de l’immigration, parfois pour des raisons idéologiques.

De l’autre côté, pour les spécialistes du monde militaire/sécuritaire, le sujet de l’immigration est presque illégitime et tabou.

La culture républicaine de ces institutions ainsi que la sensibilité du thème tendent à rendre ces objets d’étude difficiles à enquêter.

Pourtant le croisement de ces deux sphères permet de déconstruire un certain nombre de présupposés et de saisir beaucoup de choses sur les tendances de fond qui traversent la société française.

J’avais donc l’idée de ce projet dans un coin de ma tête et lorsque le sociologue Vincent Geisser m’a proposé de coordonner un dossier sur ce thème pour la revue Migrations&Société, il m’a été assez facile de mobiliser les rares spécialistes capables de croiser ces sujets et qui disposaient des entrées nécessaires que ce soit au sein de la police ou des armées.

N.H-M: Ces dernières années, la question des contrôles au faciès mais aussi des bavures a fait son « intrusion » dans l’opinion publique sous la pression des associations anti-racistes. Pourquoi la Police ne parvient ni à intégrer, ni à endiguer la racisme galopant en son sein ?

EY.S: Je connais bien l’armée, je sais comment cela fonctionne moins pour la police.

Ce que je peux dire, c’est que cela dépend beaucoup de l’affectation. L’agent peut tomber sur un commissaire sensibilisé à ces questions d’immigration, d’intégration, de racisme. Comme il peut tomber sur l’inverse…

On peut aussi rappeler, paradoxalement, il y a beaucoup moins de bavures en France que dans les années 70.

Arabicides, de Fausto Guidice, La Découverte, juin 2017

Arabicides, de Fausto Guidice, La Découverte, juin 2017

Comment et pourquoi l’arabicide s’est-il à ce point banalisé ? Fausto Giudice propose une réponse : la Ve République repose sur un crime fondateur, l’arabicide de masse, commis tout au long de la guerre d’Algérie, jusque dans les rues de Paris. Ses auteurs et ses responsables ont bénéficié d’une impunité totale, par le jeu des amnisties. Ce fut là le plus formidable encouragement à répéter en temps de paix, sur une échelle réduite, ce que militaires, policiers et « simples particuliers » avaient fait en temps de guerre. (Note de l’éditeur)

Cela n’a jamais été autant médiatisé, également.

Il y a une vraie pression sur la police.

N’importe quel citoyen peut filmer une scène d’abus policier avec son téléphone.

Le travail de Copwatch en est un exemple…

Il y a quarante ans, les victimes de bavures policières et leurs proches étaient démunis. Les gens ne parlaient pas.

Aujourd’hui, on a des mouvements citoyens très forts avec des revendications audibles dans le débat public avec une politisation du sujet.

N.H-M: Justement cette politisation créé beaucoup de tensions. Comment peut évoluer la relation citoyens-police, selon vous ?

EY.S: L’un des points clés concerne l’indépendance de l’Inspection Générale de la Police Nationale, l’IGPN. Pour l’instant, c’est très difficile à bouger.

Certains acteurs de la question plaident pour un organisme indépendant.

L’autre point renvoie à la médiatisation du sujet. Je le répère, il y a une pression sur la Police qui change la donne.

Enfin, il faudrait s’interroger sur le système d’affectation des agents. Comme pour les professeurs, on met des gens dans certaines zones alors qu’ils sont très mal préparés, qui connaissent mal le terrain.

En août dernier, le quaterback Kaepernick (équipe de football des 49ers de San Francisco) refusait de chanter l’hymne américain. Le 1er septembre, il répétait un geste militant en s’agenouillant pour dénoncer le traitement réservé à la communauté noire aux Etats-Unis.

N.H-M: Armée ou Police, les descendants de l’immigration sont confrontés aux mêmes problématiques que dans le reste de la société. Quelles conclusions ressortent de cette étude croisées institutions sécuritaires/descendants de l’immigration ?

EY.S: Les conclusions du numéro que nous avons publié tendent à refléter une dichotomie entre armées et police.

Les jeunes semblent plus attirés par les carrières militaires que policières.

Ceci s’explique soit par les expériences négatives qu’ils ont pu avoir avec l’institution police soit en raison du poids du regard de l’entourage qui peut également décourager des vélléités d’engagement.

Ceci nous amène à penser que ce n’est pas tant le port de l’uniforme qui constitue le blocage principal que les interactions qu’ils développent avec ces institutions respectives.

Ensuite les contributeurs spécialisés sur la police mettent l’accent sur les injonctions que subissent et intériorisent les policiers issus de minorités visibles. Ils sont parfois contraints d’en « faire plus » pour attester de leur bonne loyauté à l’institution.

Pour ce qui est du niveau d’intégration de ces segments de population, il n’y a pas de réponse unique car plusieurs facteurs entrent en ligne de compte dans les trajectoires et les expériences des individus.

Le type de structure (régiment/commissariat), la sensibilité et l’attention de la hiérarchie sur l’importance de la cohésion infléchissent positivement ou négativement les expériences des personnels concernés.

En résumé, nous n’avons pas à faire à des réalités sociologiques monolithiques.

Par conséquent, dire de la police ou des armées qu’elles sont racistes relèvent d’une réification stérile du point de vue scientifique.

Propos recueillis par Nadia Henni-Moulaï

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *