TOP

À Chelles, les enseignants s’organisent contre la fermeture de classes

Un ras-le-bol. Fermeture de classes, manque de personnel… Dans les collèges de la France (périphérique), les enseignants doivent faire face à des classes toujours plus bondées. Rien de nouveau direz vous…

Sauf que le ministre de l’Éducation nationale prône une École de la Confiance. Or, le personnel de l’Éducation nationale, lui, semble avoir perdu toute confiance en son ministère.

À Chelles, le corps professoral s’est réuni, à bout de souffle et de bras pour instruire dans des conditions décentes son public : la jeunesse.

Dans la 1re ville de Seine-et-Marne avec 54311 habitants, une assemblée générale s’est tenue, le 13 février, dans une école primaire. Trois collèges, deux lycées et 10 écoles primaires y étaient représentés.


Assemblée générale, à Chelles, le 14 février. ©Jean-Riad Kechaou

 


« On nous supprime une classe aussi. Les moyens se réduisent. On n’est que dans une logique comptable pour les élèves aux besoins spécifiques. »

 

Un directeur d’école dans un quartier favorisé qui se paupérise.





Jean-Riad Kechaou, professeur d’histoire-géographie a participé aux échanges.

Sur Twitter, il retrace les échanges dans la salle. Parmi la centaine de participants, les problèmes soulevés sont préoccupants.

Ils ont des répercutions concrètes et directes sur le travail des enfants. En cause : la réduction des moyens.


Le cas Chelles est loin d’être un cas isolé

Nos confrères de La Montagne rapporte l’inquiétude de ses riverains à la rentrée 2019. Huit classes vont fermer dans des écoles rurales et une devrait ouvrir à Roches en Creuse, dans un article publié le 12 février.

Ainsi, certaines écoles vont se retrouver avec des classes à quatre ou cinq niveaux. Ça n’est pas un problème pour l’inspecteur d’académie : « C’est une façon de fonctionner courante dans la plupart des écoles rurales ».

Même schéma à l’école Lamartine à Bourbourg.

Deux suppressions de classe (l’une en maternelle, l’autre en primaire) ont été annoncées provoquant l’ire des parents. Ils seront au rendez-vous à 8 heures, le 25 février, jour de la rentrée, devant l’établissement.

Le Nord Littoral cite :

 

« On va manifester le jour de la rentrée des vacances d’hiver, le 25 février. » 

 

Parent d’élève.


Grèves et rassemblements prévus

Parents de Chelles ainsi que les membres de la communauté éducative y sont invités à se mobiliser pour la jeunesse chelloise.

  • samedi 16 février de 10h à 12h rassemblement sur le parvis de la mairie,
  • mardi 19 février à 18 heures seconde assemblée générale à l’école Docteur Roux,
  • jeudi 21 février grève des établissements chellois du 1er et du 2nd degré et rassemblement à 14 heures devant l’inspection Académique de Melun, quai Hyppolite Rossignol.


Lire tout le #Thread sur la première assemblée générale :

Rédactrice en chef de MeltingBook, formatrice éducation aux médias, digital & dangers du web

Comments (1)

  • En colère

    Je trouve ça vraiment bien que les parents d’élèves se mobilisent. Maintenant, il y a de nombreux problèmes au sein du lycée Jehan de Chelles, et notamment à cause du proviseur. Ce serait bien que les parents fassent remonter les problèmes qu’ils rencontrent auprès du Rectorat.

Post a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.