Assises territoriales de l’islam de France : qui sont les « acteurs de terrain » ?
Enquête

Assises territoriales de l’islam de France : qui sont les « acteurs de terrain » ?

28 juin 2018
1795 views
0 Commentaires
8 minutes read

Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur a annoncé, le 25 juin 2018, le lancement d’assises territoriales de l’islam de France. Objectif annoncé Place Beauvau : « permettre une grande concertation associant les acteurs de terrain dans chaque département. » Qui choisira ces mystérieux « acteurs de terrain » consultés ? Éléments de réponses.

Mais qui sont-ils ? « Ils », ce sont ces « acteurs de terrain » qui auront la lourde tâche de travailler sur « l’islam de France ».

Contacté par MeltingBook, le ministère explique :

« Ce sont les Préfets qui sont en charge de l’organisation des assises ainsi que de la liste des invitations, en fonction des configurations locales. Il n’y a donc pas vocation à y avoir de liste nationale. »

Ils auront des missions stratégiques, détaillées par l’Intérieur, dans un communiqué. Parmi elles : améliorer la représentation de la 2e religion de France, le financement de ses lieux de culte et la formation des imams et aumôniers.

Avancer sur « les chantiers de l’islam de France »

Comme il est régulièrement martelé dans les médias et par les politiques : l’islam et les musulmans de France, doivent s’organiser. Des paroles, certains, passeront-ils maintenant aux actes ?

C’est bien ce qui semble se mettre progressivement en marche. « Dans la continuité, des instances de dialogue organisées depuis 2015 avec l’islam de France », le ministère de l’Intérieur a décidé de lancer des « assises territoriales de l’islam de France, en vue de permettre une grande concertation associant les acteurs de terrain dans chaque département ».

Le retour en force de la figure du préfet

Pour Vincent Geisser, chercheur au CNRS, enseignant à Sciences Po Aix, auteur de Musulmans de France, la grande épreuve : face au terrorisme, éditions de l’Atelier (avec Omero Marangiu-Perria et Kahina Smail), et de La Nouvelle islamophobie 

“Ce n’est pas nouveau, c’est une recette ancienne. Jean-Pierre Chevènement avait désigné les préfets pour choisir des référents, déjà à l’époque. Une démarche qui avait posé les bases du fameux CFCM, « lancé » par Nicolas Sarkozy, président de la République de 2007 à 2012.

Les responsables de l’État sont chargés de désigner les responsables locaux, donc ici c’est le même processus. Les préfets vont désigner, labelliser ceux qui seront à la table des négociations. On retrouve un processus de cooptation par le pouvoir central et le ministère de l’Intérieur. La dimension territoriale est différente d’une démocratie participative car elle va remettre le préfet au centre et donc l’Etat. »

Une possible dichotomie « imam gentil/imam méchant »

“On constate le retour en force de la figure du préfet dans sa dimension cultuelle et sécuritaire.  Dans la France post-2015, le préfet fait la jonction entre la dimension cultuelle et sécuritaire.”

Ce qui est nouveau depuis les attentats de 2015, c’est bien le rôle clé des préfets dans la politique musulmane de la France. Ce retour en force de l’État avec le préfet, puisque l’Intérieur s’appuie sur lui, est significatif, surtout dans le contexte de la loi antiterroriste.

Le risque ? Obtenir des choix très subjectifs de la part des préfets, selon les territoires. “Certains joueront le jeu de la consultation large et proche de la réalité, en faisant venir à la table des négociations toutes les mouvances de l’islam situées dans leurs secteurs. Mais d’autres peuvent faire des choix plus sélectifs, plus politiques, avec une possible dichotomie imams gentils/imams méchants. »

L’idéal serait que l’État accompagne, sans s’ingérer

L’État qui en arrive à désigner ces représentants de l’islam tend à s’imposer comme acteur central pour représenter le fameux islam républicain. Pour Vincent Geisser, « nous sommes dans une gestion anachronique mais autoritaire qui ne correspond pas à la société française, celle de vouloir créer un “bon islam”.

Autre crainte sur le terrain : celle de légitimer de plus en plus un « contre islam. Certains Français de confession musulmane pourront avoir des réactions identitaires et développer un islam en rupture, refusant des représentants choisis par le pouvoir. Au lieu de la médiation, cela peut favoriser un Islam identitaire et de repli. L’idéal serait que l’État accompagne, sans s’ingérer », conclut-il. 

 

Organiser des Assises pendant les vacances d’été ?

La circulaire précise que les préfets doivent faire remonter « leurs lignes directrices » d’ici le 15 juillet 2018, pour l’organisation de ces assises dans leur département.

Deadline pour organiser ces réunions décentralisées : le 15 septembre 2018. Soit peu ou proue 2 mois et demi, à ce jour.

Une période comprennant les congés d’été, et où sans nul doute, certains « acteurs de terrain » pourront manquer à l’appel.

Les thèmes choisis sont pourtant clés. Ils vont de la représentation institutionnelle de l’islam de France, à la gouvernance des lieux de culte du financement du culte et de la formation des ministres du culte.

Aussi, Gérard Collomb a insisté sur la composition de ces assises. Avec des voix « plus jeunes et plus féminines », et des « personnes ayant réussi dans la société civile dans les domaines économique, culturel, artistique ». Elle devra permettre de représenter « toute la diversité des musulmans français qui souhaitent mieux organiser l’islam dans le cadre de nos institutions républicaines. » Challenge à suivre.

Nadia Henni-Moulaï & Sarah Hamdi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.