Culture
5

Paris Acasa Futsal, une épopée de cités

11 septembre 2017
3618 Views
0 Commentaires
14 minutes read
Paris Acasa Futsal, une épopée de cités
Jusqu’où ira l’équipe Paris Acasa Futsal? A voir, l’itinéraire du club, créé dans le XIXe arrondissement de Paris en 2006, le meilleur reste à venir. D’autant que la formation, qui vient de passer en ligue 1, rayonne aussi en dehors du terrain. Entre professionnalisation et engagement, le Futsal, qui se joue à cinq contre cinq, se fraye un chemin loin du tumulte médiatique. 
Le sport change le monde. Difficile, selon certains, de ne pas y voir un poncif. Certes. Sauf à connaître le travail de Paris Acasa Futsal, un club de foot en salle, créé il y a 11 ans.
L’épopée, et c’est bien de cela dont il s’agit, débute en 2006 à la faveur d’un groupe de jeunes hommes, du XIXe arrondissement (Paris), la plupart bardé de diplômes.
Parmi les figures de proue, Kamel Djama, ingénieur aéronautique de 39 ans, qui met sur pied une équipe de futsal dont la plupart des joueurs jurent, tacitement, fidélité au club.

 Rencontre Paris Acasa Futsal-Picasso Futsal, 2 septembre 2017
« Dans  l’actuelle l’équipe, passée en ligue 1 en juillet dernier,  huit joueurs sont licenciés depuis la création du club il y a 11 ans… », confie-t-il, bien conscient de ce que cela traduit. Une fidélité à la formation, signe de l’esprit d’équipe qui y règne.
Du mode impro au mode pro
« A la base, on était une bande de jeunes de cités du 19e arrondissement de Paris, dont Cambrai, Ourcq et Barbanègre, et le futsal, c’était en mode improvisé et loisirs dans des gymnases », se souvient-il. Sport artisanal qui rime avec authenticité, donc.
L’homme, qui préside le club, aujourd’hui en plein essor, garde en mémoire le long chemin parcouru par ses membres lors de la décennie écoulée. Et qui a depuis franchi les étapes, pour ne pas dire les obstacles, avec travail, brio et audace.
En juillet dernier, PAF a d’ailleurs obtenu son sésame pour la ligue 1 de Futsal, se hissant au rang des clubs qui comptent, dorénavant.
PAF sandjak

Kamel Djama (en bleu) aux côtés de Jamel Sandjak (à gauche), président de la Ligue de Paris Ile-de-France, lors de la remise des titres de champions d’Ile-de-France en 2004.

Mais pour bien saisir la dimension épique de l’histoire, il faut revenir aux origines du club. Surtout, bien appréhender les tenants et aboutissants de l’aventure.
Valeurs communes
L’histoire de Paris Acasa Futsal est intimement liée à celle des quartiers populaires.  Le hasard n’existe pas. Quand, dans les années 30, l’Argentin Juan Carlos Ceriani Gravier crée le Indoor-Foot-Ball, ce n’est pas qu’une affaire d’ambition sportive.
L’Argentin s’est fixé un objectif, responsabiliser et inculquer la solidarité, la discipline et l’effort aux joueurs. Des valeurs qui trouvent, des décennies plus tard, un écho dans les cités de France et de Navarre.
Un écho que seul les tenants de préjugés les plus féroces sur les garçons de cités viennent démentir. Sport et société. Voilà, une équation qui dote le futsal d’une mission quasi-messianique dans une France en proie au cloisonnement social, culturel et économique.
Histoire de cités
En 1995, un tournoi va changer le cours de certaines cités du XIXe arrondissement, souvent empêtrées dans de stériles conflits inter-quartiers. A l’initiative de ACASA, Association des Centres d’Aide et de Secours à l’Adolescence, l’événement réunit de nombreux jeunes des quartiers avoisinants.
« Un animateur décide, alors, de construire une équipe très performante de futsal avec nous », se souvient Kamel Djama, alors, tout juste sorti de l’adolescence. A l’époque, ce sport, peu répandu, est le fait de connaisseur. Rien à voir, encore, avec l’effervescence autour du football classique.
L'équipe Paris Acasa Futsal avec le FC Barcelone, après une rencontre.

L’équipe Paris Acasa Futsal avec le FC Barcelone, après une rencontre.

Mais, le tournoi va susciter des vocations. Kamel Djama fait partie de l’aventure. Ce jour-là, « on a fait une équipe et on a gagné la compétition », relate-t-il.
Construire ensemble
Mais, c’est surtout « les liens » créés lors de cette compétition qui permet à ces jeunes une véritable odyssée à ces adolescents, les menant  du fin fond départemental à la première ligue nationale, « avec le plus petit budget » de la ligue 2. Autant dire que l’arrivée en première division sonne comme un souffle pour le club, dorénavant, en capacité d’être à la hauteur de ses attentes.
« Il faut toujours viser la Lune », au pire, « on atterrit dans les étoiles ». La citation d’Oscar Wilde, écrivain irlandais, prend, ici, tout son sens.  Depuis le départ, l’association ACASA offre un terrain fertile pour les ambitions de ces jeunes plutôt désargentés.
Marianne Monnet, l’inspirante
Fondée par Marianne Monnet, fille de Jean, père de l’Europe, la structure est à l’image de la femme, dévouée à la jeunesse. Décédée en 2013, cette « femme extraordinaire », psychanalyste de formation, n’aura eu de cesse de pousser « ses » jeunes » à être maître de leur propre destin, loin de toute tentation paternaliste.
« Elle a toujours essayé d’encourager et de permettre nos diverses initiatives au-delà du sport, elle nous poussait pour être acteur de nos vies et ne pas subir les « événements », témoigne Kamel Djama, qui a bien connu la dame.
Dans le grand bain…des responsabilités
En 2003, Marianne Monnet, elle le fait, d’ailleurs, entrer au conseil d’administration d’Acasa aux côtés par exemple, de sociologue de renom  Laurent Mucchielli, Michel Kokoreff ».
Véritable institution, l’association gère un budget de 600 000 euros. « Au début, j’étais largué », s’amuse-t-il. Mais très vite, le jeune homme prend le train en marche jusqu’à devenir trésorier de l’association.
Une séquence clé dans le parcours du président actuel de PAF. « On n’a toujours besoin d’avoir quelqu’un qui vous fais confiance à un moment », estime-t-il.
Pour progresser, faut-il comprendre. Avant de quitter ACASA, Marianne Monnet s’est donnée une mission. Passer le relai. « Elle m’a demandé de transformer l’activité futsal de l’association en une véritable et autonome structure sportive. Nous avons extrait le modèle d’ACASA pour le dupliquer à PAF ».
Faire soi-même
Mikaël, joueur Acasa (à gauche) avec Ricardinho ou R10, meilleur joueur de futsal au monde. Véritable star, il est né au Portugal en 1985. Ici à Madrid lors d'un stage cet été.

Mikaël, joueur Acasa (à gauche) avec Ricardinho ou R10, meilleur joueur de futsal au monde. Véritable star, il est né au Portugal en 1985. Ici à Madrid lors d’un stage cet été.

En 2005, l’association phare du 19e disparaît, absorbée par la fondation Feu vert. De l’époque Marianne Monnet, au lieu de vestige, a jailli une structure résolument tournée vers l’avenir.

Surtout, PAF marche sur les pas d’ACASA, jouant un rôle social, là où le poids de l’Etat va progressivement décliner. «
Très vite, Acasa a compris qu’il fallait aller au-delà du sport. On a grandi  dans des quartiers et même si beaucoup ont eu un cadre familial solide et mené des études, on a baigné dans un environnement extérieur délicat », rappelle Kamel Djama.
Leaders nés
« L’équipe de 1995 a réuni de très bons footballeurs, dotés d’une vraie intelligence, très bons à l’école et surtout autonomes, capables de se prendre en main », résume Kamel Djama. Des profils de leaders, aux antipodes, de l’image classique associée aux garçons de cités dans l’opinion publique.
Et dont, il faut bien le dire, s’en départir relève de l’exploit voire de l’insolence. « Finalement, une réputation a tourné à notre insu », déplore Kamel Djama. Un terme-réputation- qui en appelle souvent un autre, sulfureux.
Reculer pour mieux sauter
Comble de malchance, PAF est radié par le fédération en 2005. Mais la résilience est inscrite dans les gènes du club.On est en 2006 et la formation qui attire de plus en plus de jeunes des quartiers ne se résigne pas. « Avec les bénévoles, on a décidé de recréer le club. On est reparti de zéro ». Avec un budget de l’ordre de 3000 euros. Autrement dit des bouts de chandelle.
Des soubresauts qui n’entachent pas le moral des troupes, si l’on peut dire. « Lors des compétitions, beaucoup pensait que nos joueurs étaient rémunérés une fortune…au regard de leur pugnacité sur le terrain et surtout leur fidélité au club…en réponse à quoi beaucoup de nos joueurs mettaient en avant avec fierté l’amour du maillot, du quartier ! », sourit-il.
Réussir là où d’autres échouent
Le travail mené par Acasa puis par PAF n’a, d’ailleurs, pas échappé aux autorités, bien à la peine sur un certain nombre sur les problématiques « quartiers », comme on dit dans les arcanes du pouvoir.
« Anne Hidalgo (maire de Paris, ndlr) ou d’autres politiques conscient de notre rôle viennent, de temps à autres, à notre rencontre», confie le président.
Et de rappeler, « vous savez les frères Kouachi venaient du 19e », pointe-t-il, pudiquement, comme pour expliquer l’intérêt des pouvoirs publics pour son association.
L'équipe Acasa lors d'une compétition.

L’équipe Acasa lors d’une compétition.

Pas étonnant, en dehors des parcours classiques, le club comptabilise « six anciens détenus » dans ses effectifs. Parmi eux, un ancien détenu, pour qui PAF fut le vecteur de réinsertion.
« On a pu lui faire un contrat aidé et grâce à ses efforts, il a intégré la Fondation PSG après avoir passé un diplôme d’animateur sportif. Il a, récemment, obtenu  le BPJEPS. Mais,  bien avant tout résultat sportif, c’est notre grande réussite, il est notre grande fierté !  », s’enthousiasme Kamel Djama.
Et de conclure, empli de gratitude à l’égard de l’équipe : « aujourd’hui, je veux assurer un minimum de confort aux joueurs ». Et ensemble de décrocher la Lune. Les étoiles, ils y sont déjà.
Nadia Henni-Moulaï
Suivre le club sur Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *