P.Boniface : “La critique du gouvernement d’Israël est au coeur du sujet“
Interview

P.Boniface : “La critique du gouvernement d’Israël est au coeur du sujet“

24 janvier 2018
1594 views
1 Commentaires
2 minutes read

Rétablir les faits. Dans son dernier livre, Antisémite (Max Milo), Pascal Boniface, géopolitologue, analyse les accusations dont il est l’objet depuis 2001. Entretien exclusif pour MeltingBook.

couv' BonifaceTout commence par une note interne au parti socialiste, rédigée en 2001, par Pascal Boniface. Le sujet, le conflit israélo-palestinien. Atteinte aux droits international par Israël, dénonciation du « principe d’occupation d’un peuple par un autre », « répression » des Palestiniens, provocation d’Ariel Sharon, dans sa note, Pascal Boniface met les pieds dans le plat, au grand dam des ténors du parti socialiste.

Le PS, au cœur de la censure

Dans son ouvrage, où il relate son parcours de son arrivée à son départ du PS, Pascal Boniface analyse les ressorts de la relation qu’entretiennent certains socialistes avec Israël. Au point, de brandir « le chantage à l’antisémitisme » pour empêcher toute critique de la politique d’Israël, à l’égard des Palestiniens. Une façon de neutraliser tout esprit critique.

« Très grande pusillanimité des médias »

Autre intérêt de l’ouvrage, la responsabilité de la presse dans ce « néo-maccarthysme ». Sur les réseaux sociaux, le directeur de l’Iris a, justement, pointé la frilosité des journalistes, à l’idée de chroniquer un livre dont le sujet est jugé « trop polémique ».

Pascal Boniface tweet

Qui importe le conflit?

A l’heure où une frange de la population française est accusée « d’importer le conflit en France », l’ouvrage de Pascal Boniface nous plonge au cœur de ce PS, incapable d’assumer ses accointances avec la politique du gouvernement israélien. Et surtout ne pas froisser ce « vote juif » passé sous silence…

Propos recueillis par Nadia Henni-Moulaï
Réalisation: Sarah Hamdi

One Comment

  1. Poupougne

    Pauvres juifs qui sont sans cesse amalgamés à un Etat étranger.
    Idem pour les musulmans d’ailleurs. Ca a une connotation raciste.
    Ils sont français mais on leur renvoie sans cesse à la face qu’ils seraient exogènes. On le voit sur les réseaux sociaux, un musulman ou un juif français qui s’exprime on lui renvoie à la face Israel, l’Arabie comme s’ils en étaient issus et qu’ils devaient en répondre. C’est une forme de racisme. Leurs confessions est amalgamées à des Etats étrangers par racisme, ils ne sont pas considérés comme étant des français à part entière.
    Lorsqu’une partie de leur identité est hait, chose bien normale, ils se mettent à la défendre et donc à conforter ceux qui proclament qu’ils sont communautaristes, sectaires et autres qualificatifs. Ceux qui sont victimes de ce phénomène raciste font la démonstration qu’ils sont intolérants, que l’on ne peut plus rien dire, qu’ils mettent en danger la République, la laicité et la liberté d’expression. Des associations bidons travaillent à ce que surtout ça ne change pas. Le Printemps Machin par exemple. Ce Machin ne cesse de renvoyer nos concitoyens français à la politique intérieure d’Etats étrangers via la laicité tout en expliquant que nos concitoyens doivent abandonner une part de leur et que ne pas le faire c’est etre un soutient à ces régimes et un ennemi de la République, de la laicité et de la liberté d’expression.
    Oui on évoque bien à nos concitoyens la politique d’Etats étrangers par racisme. Monsieur Boniface vous patissez de cela. Les racistes ont gagné. Ceux qui évoquent des Etats étrangers par racisme à nos concitoyens ne veulent pas en entendre parler chez les autres pour les memes raisons. Lorsque d’autres qu’eux en parlent ça devient un racisme lorsque les analyses leur déplaisent. Ainsi tout le monde doit se taire et eux seuls sont pertinents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *